Jean

jean

Adolescent, je regardais L’Agence tous risques après les cours avec mon frère Wilfried, Alias Louie, ma sœur Nikita et nos Friends. Puis ce fut l’Engrenages…  Charmed par le flot de séries américaines qui se déversaient sur nos ondes, je voulais tout voir. En même temps, à Nashville, Un village français perdu au cœur du pays, on n’avait pas grand-chose d’autre à faire. Je grandissais nourri des exploits de mes héros américains. Je voyais une saison de K 2000 en 24 Heures chrono. Ça devenait trop… beaucoup trop… il fallait que j’en sorte de toute Urgences. En plus, l’appel des Girls se faisait sentir, puis ce fut le Big Love… Il fallait juste ne pas se faire prendre quand les Revenants – comme on appelait mes parents – rentraient du boulot.  Ils travaillaient A la Maison blanche,  un magasin de peinture dont ils étaient les Boss. Mais le Profit ne fait pas tout, Le cœur a ses raisons que la raison ignore comme on dit. Ils ont quittés l’entreprise familiale pour leur rêve de toujours : s’installer à Rome pour qu’elle soit Plus belle la vie. Et ce fut le cas, j’ai vécu mes dernières années de jeunesse dans une charmante maison de style baroque entourée de Platane. Puis il y a eu les années fac, les Super Fun Night et les New Girl. Bref, oui, la belle vie… Pourtant, mon bonheur n’était pas total : j’étais toujours sérievore mais souvent insatisfait. Ça manquait quand même pas mal de séries de qualité à l’époque.
Mais tout ça, c’est du passé !