Showrunner : Steven Moffat

p0116169

Aujourd’hui, place à un nouveau showrunner dans le panthéon Séries Chéries ! Honneur à la Grande-Bretagne avec un des écossais les plus célèbres de la télévision anglaise, j’ai nommé Steven Moffat. Si vous connaissez cet homme, le monde se divise alors en deux pour vous. Soit vous le connaissez car vous adulez Sherlock. Soit vous l’adulez car vous ne vivez que pour Doctor Who. Soit, vous faites partie des deux clans et dans ce cas, il ne peut en rester qu’un votre vie sociale doit être fortement réduite. Toute ma sympathie car je fais également partie de cette frange extrémiste appelée la frange des Wholocks.

Les One Direction n'auraient pas fait mieux.

Les One Direction peuvent aller se rhabiller.

Bio express :

Steven Moffat, The Moff pour les intimes, est né dans la charmante bourgade de Paisley en Écosse. Ville célèbre pour ses motifs, Paisley est peut-être une des clés pour comprendre la décoration surchargée de l’appartement de Sherlock. Je ne crois pas au hasard ! Quoi qu’il en soit, notre jeune Moffat montre dès l’enfance des signes de nerditude assez précoces. Enfant de la génération Doctor Who, son histoire d’amour/haine avec la série le marquera toute sa vie. Fils d’instituteurs, avec son diplôme d’anglais en poche, il enseignera lui aussi pendant trois ans dans un lycée avant de se lancer dans l’aventure télévisuelle.

Du cerveau torturé de l'enfant Moffat naîtront les scénarios les plus alambiqués de la télé.

Du cerveau torturé de l’enfant Moffat naîtront les scénarios les plus alambiqués de la télé.

Son travail :

Passons directement à son oeuvre car la vie et le travail du Moff sont visiblement très liés. Pistonné par son père auprès des producteurs de ITV venus tourner un film dans l’école du paternel, Steven propose le scénario d’une fiction se déroulant au sein de la rédaction d’un journal de lycée. C’est le début de sa carrière de scénariste qui prendra la forme d’une série adolescente, Press Gang, diffusée sur ITV de 1989 à 1993. De son divorce difficile avec sa première femme, Steven Moffat tirera le scénario d’une sitcom évoquant – surprise ! – le passage à vide d’un écrivain que sa femme quitte. La série Joking Apart sera diffusée de 1993 à 1995 sur BBC2. Il enchaîne ensuite en 1997 avec une autre sitcom se déroulant dans le monde de l’éducation : Chalk.

C’est avec son nouveau mariage (avec Sue Vertue, productrice) et l’écriture d’une comédie décrivant les débuts de sa relation avec sa seconde femme, que Steven découvre le succès. Coupling, est une sorte de Friends à l’anglaise où trois femmes et trois hommes passent leur temps à parler de sexe entre le pub du coin et leurs appartements. Plus crue que son alter ego américaine, Coupling a pourtant vieilli et met en scène des stéréotypes plutôt que de vrais personnages. Cela reste très drôle.

Les acteurs de la série Coupling.

Les acteurs de la série Coupling.

Des années récentes, on retiendra la minisérie Jekyll, adaptation moderne réussie du roman Dr Jekyll et Mister Hide mettant en scène le brillant acteur irlandais James Nesbitt (Bofur dans le Hobbit). Il enchaîne sur le scénario du Tintin de Spielberg avant la consécration : Doctor Who. Scénariste remarqué pour certains épisodes brillants (The Empty Child, The Girl in the Fireplace, Blink) écrits pendant l’ère Russell T. Davies, Steven Moffat prend les commandes de la série en 2008. C’est notamment lui qui choisi Matt Smith pour incarner le 11e Docteur et marque clairement l’orientation de Doctor Who vers une nouvelle ère… Pendant les trajets de Londres à Cardiff (lieu de tournage de Doctor Who) avec son camarade de jeu, Mark Gatiss, les deux compères conçoivent la série Sherlock, adaptation contemporaine des histoires de Sir Arthur Conan Doyle, rencontrant un succès planétaire.

L'Axe du Mal

L’Axe du Mal

Son style :

Au regard de sa carrière de scénariste et de showrunner, il existe clairement deux ères Moffat, l’une à dimension humaine, consacrée à des comédies classiques (Chalk, Joking Apart, Coupling) et paradoxalement plus « sérieuses ». Puis vient l’ère de la démesure, celle de Doctor Who et Sherlock dévoilant le talent de génie de Steven Moffat mais aussi ses failles. Car il y en a. Si le monsieur sait parfaitement installer une ambiance très sombre et est un parfait conteur d’histoires, il excelle nettement moins dans la création et le développement psychologique de ses personnages. Amoureux des personnalités excentriques et misanthropes -Jekyll, le Docteur et Sherlock Holmes partagent de nombreux traits de personnalités troublants- il l’est beaucoup moins de personnalités moins « pathologiques ». La vie de John Watson me semble bien en pointillés dans Sherlock et les compagnes du Docteur de l’ère Moffat ont toutes été pointées du doigt pour manque de consistance.

Au delà de son travail, Steven Moffat fascine et déchaîne les polémiques chez les fans de Doctor Who et de Sherlock. Steven Moffat est-il misogyne ? Steven Moffat est-il homophobe ? Steven Moffat est-il trop brillant pour le genre humain ou a-t-il perdu son talent d’écrivain avec des scénarios à twists invraisemblables ? Plus important encore, Steven Moffat est-il un génie du mal venu sur Terre pour nous traumatiser avec des histoires d’enfants sans visages et de poupées animées ? Et les cheveux de Steven Moffat sont-ils vivants ? 

tumblr_mg5kscVjpk1s2wua4o1_500

En définitive, Steven Moffat EST-IL UN SALAUD ? C’est ce que semblent penser de nombreux fans (oui, ils sont masochistes), la preuve en images :

Steven Moffat est un dark lord…

Certains franchissent un pas, affirmant qu’il est le diable…

téléchargement

Les flammes de l’enfer…

6877982

Mais en réalité, si Steven aime nous torturer…

tumblr_llgbpxjOEi1qhpjr7

C’est parce qu’il est avant tout un troll pour ses propres fans !

tumblr_mawe85qOYQ1qf3lt5o1_500

J’adopte la trolling attitude de Steven, en vous souhaitant un magnifique vendredi pluvieux. Vous pouvez toujours revisionner vos coffrets de Doctor Who sous la couette avec un mug de thé, il paraît que c’est bon pour le moral, en attendant la véritable rentrée : le 23 août, reprise de la saison 8 de DW.

2 réponses à “Showrunner : Steven Moffat

  1. Non mais les meufs c’est trop des cruches et totalement dépendantes totalement des hommes dans DW, Sherlock, Jekyll. Il devrait travailler avec qqn d’autre pour les personnes, parce que je souffre à regarde ma série préférée d’amour ouin ouin ouin : »( (DW for ever <3 <3 <3 )

    • Pas forcément toutes dépendantes mais tellement cruches oui :) ça fait mal pour DW :( De toute évidence, sa femme qui le suit de près pour Sherlock n’est pas la plus fine psychologue non plus !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s