Top 5 des ingrédients pour une bonne saga de l’été

Entre la fin des années 80 et la fin des années 2000, à cette époque de l’année, chaque chaîne française nous préparait sa saga de l’été qui durait entre cinq à neuf semaines. Pour faire une bonne saga, des thématiques comme les faits historiques, la famille, le suspense, les personnages féminins reviennent très souvent. Retour sur ces séries qui sont restées dans le fin fond de notre mémoire et sur les ingrédients qui ont fait d’elles des succès.

1. Sagas historiques – Les Steenfort, maîtres de l’orge
steenfort

Le petit oiseau va sortir !

En 1995, France 2 rediffuse Les Gens de Mogador, vue pour la première fois en 1972. Suite à ce succès, la chaîne décide d’adapter la bande dessinée Les Steenfort, les Maîtres de l’Orge, histoire d’une famille de brasseurs dans le Nord de la France durant plus d’un siècle. Succès oblige, la série aura une suite en 1999. Les sagas historiques n’ont pas toutes fonctionné : en 1997, Le Grand Batre, qui suivait une famille en Camargue durant le XXème siècle, est un échec, puis a finalement cartonné lors de sa rediffusion quelques années plus tard.
TF1 s’y essaye également avec Terre Indigo en 1996. En 2010, France 2 retente sa chance avec La Maison des Rocheville, saga dans laquelle on découvre le parcours d’une famille durant les deux grandes guerres, mais ne rencontre pas le succès espéré.

2. Sagas familiales – Le château des oliviers
Chateaudesoliviers

Ils ne vieillissent pas !

Pour faire une bonne saga familiale, il vous faut une famille, comme dans Un été de Canicule,, une star du cinéma comme Brigitte Fossey ou Mireille Darc… et plein de secrets (meurtres, infidélité, mensonges…). Depuis la fin des années 80, ce type de saga fonctionne parfaitement à la télévision mais peu au cinéma. Avec un bon casting et une bonne histoire, les séries comme Le Château des Oliviers,  une femme veut protéger la maison de son enfance contre un entrepreneur, ou encore Les Cœurs brûlés, qui suit l’affrontement entre deux femmes dans un palace, ont marqué l’esprit des téléspectateurs.

3. Sagas policières – Zodiaque

En 2002, L’été rouge, histoire d’un homme accusé du meurtre de sa compagne qui sort de prison, ouvre la voie aux sagas policières. En mêlant policier et familial, TF1 trouve le bon filon pendant plusieurs années avec Zodiaque, où une femme est poursuivie par un serial-killer, et enfin avec leur plus gros succès en 2005 : Dolmen. Pour cela, ils misent sur des acteurs made in TF1 qui sont connus du grand public : Dolmen = un acteur des Cordier juge et flic + une actrice de Femme de loi + un acteur de Commissaire Moulin + un acteur de Section de recherches. TF1 tente une suite à Zodiaque avec le Maitre du Zodiaque mais perd son pari. Cet échec va dissuader la chaîne de faire une suite à Dolmen.  M6 ose avec la série Laura, où une femme tente de découvrir l’assassin de sa mère, et rencontre un joli succès face à la coupe du monde 2006. Un an plus tard, M6 avec la série Suspectes, où trois femmes qui ne se connaissent pas collaborent pour découvrir un mystère qui les réunissent, arrête brutalement ce genre de fiction faute d’audience.

4. Des héroïnes –Trois femmes un soir d’été
troisfemmesunsoirdete

Où sont les hommes ?

Dans une bonne saga, il y a toujours des femmes. Elles sont omniprésentes. Seul L’Eté Rouge avait un personnage principal masculin. Toutes les autres sagas ont une héroïne, souvent belle et jeune comme Ingrid Chauvin dans Méditerranée, qui suit le quotidien d’une famille composée uniquement de femmes, Claire Keim dans Zodiaque ou Claire Borotra dans Le Bleu de l’océan. Elle peut être plus âgée comme Mireille Darc dans Les coeurs brûlés, Brigitte Fossey dans Le Château des Oliviers. Il peut y en avoir plusieurs comme dans Suspectes ou Trois femmes un soir d’été, où une jeune policière enquête sur son passé et sur des meurtres commis dans un petit village. La ménagère de moins de 50 ans est le public principal de ce type de série. 

5. Et surtout, des intrigues pas trop complexes – Mystères

A partir de 2007, les sagas n’ont pas rencontré leur public, au point que les chaînes ont cessé de les produire. TF1 arrête après Mystères, saga fantastique avec des extraterrestres, qui a un casting faible et un scénario trop complexe. France 2 échoue avec La Prophétie d’Avignon mais retente plus tard avec La Maison des Rocheville. En 2006, la chaîne propose une saga de l’hiver qui cartonne : Petits meurtres en famille, adaptation d’une nouvelle d’Agatha Christie, Le Noël d’Hercule Poirot, avec Antoine Duléry. Satisfaite, France 2 en a fait une série : Les Petits Meurtres d’Agatha Christie, qui continue de fonctionner encore aujourd’hui.

Maisondesrocheville

C’est fini ? Nooooooon !

Malheureusement, depuis plusieurs saisons, les chaînes françaises misent sur des séries avec 6 ou 8 épisodes pour réaliser plusieurs saisons, comme L’Hôtel de la plage diffusé dès ce soir sur France 2 ou sur les shortcom comme En Famille, de retour cet été également.

Ce sont les vacances qui commencent !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.