Coup de projo : En mode rétro ! Fais-moi peur

Il fait nuit. Une barque vide se balance d’avant en arrière au bord d’un lac, des balançoires grincent, le vent bruisse à travers une aire de jeux abandonnés, des volets claquent pendant un orage, on entend un rire d’enfant, on devine le sourire malveillant d’un clown dans un grenier obscur… Ces images, vous ne les avez pas inventées. S’agit-il d’un cauchemar ? Pas vraiment. Plutôt d’un voyage dans le temps télévisuel à l’époque où les Minikeums sévissaient sur France 3 et où les Ghostbusters étaient considérés comme seuls sauveurs de l’humanité face aux activités paranormales.
Ces images vous ont marqués, et pour cause : c’était celles d’un certain générique, angoissant et ténébreux :

Soumise à l’approbation de la Société de Minuit, cette histoire s’intitule… 

Fais-moi peur est la première série fantastico-horrifique dédiée à la jeunesse. Lancée par la chaîne Nickelodeon le 31 octobre 1991 -le soir d’Halloween- Fais-moi peur relate des histoires d’épouvante, contées par des adolescents autour d’un feu de camp. De l’intello timide au garçon manqué en passant par le geek, le beau gosse qui n’a peur de rien ou la petite fille modèle, la Société de Minuit -c’est le nom qu’ils se sont donné- forme un groupe hétérogène facilement identifiable par les jeunes téléspectateurs. Tous ont une fascination commune pour l’étrange et chaque conteur a son propre style : les histoires de Gary (Henri en français), le fondateur de la société, traitent souvent de magie et font régulièrement apparaître Sardo, un personnage particulièrement inquiétant, celles de Kiki mettent en avant des filles fortes, celles de Sam évoquent quant à elles la notion d’amour éternel.

are you afraid of the dark

Une fois par semaine ils se retrouvent donc dans la forêt, en pleine nuit, afin de se faire peur. Juste avant de commencer son histoire, le narrateur se lève, s’approche du feu et y jette une poudre mystérieuse tout en prononçant la formule suivante : Soumise à l’approbation de la société de minuit, cette histoire s’intitule… “. La foire aux horreurs peut alors commencer : fantômes revanchards, clowns machiavéliques, voisins extraterrestre ou vampires, objets maudits… il y en a pour tous les goûts.

Leurs rendez-vous secrets, auxquels s’ajoute le rituel de l’histoire, participent à nous plonger dans une ambiance ésotérique. Avant même que le récit ne commence, on est déjà captivé par cette société secrète interdite aux adultes. On veut faire partie de leur clan et on aimerait bien savoir raconter des histoires comme eux.

La série s’adressant à jeune public, on ne  voit jamais les protagonistes allumer eux-même le fameux feu de camp autour duquel se déroule les histoires. Il est toujours allumé quand les enfants s’y retrouvent. Le créateur de la série explique que Nickelodeon, pour des raisons de sécurité, ne souhaitait pas montrer à ses jeunes téléspectateurs comment démarrer un feu, par peur d’incidents domestiques. En revanche, la société secrète prenait toujours grand soin d’éteindre correctement la flambée.

Sur le fond, les thématiques abordées varient mais restent spécifiques aux programmes pour la jeunesse : l’acceptation de l’autre, le partage, l’entraide, l’amitié etc. La plupart des épisodes connaissent un dénouement heureux grâce aux bonnes intentions des héros et à leur courage. Ces derniers arrivent à restaurer l’ordre des choses en aidant ou en vainquant l’élément perturbateur.

FMP 2

Toutefois, cela ne suffit pas toujours, et il existe quelques épisodes au sein desquels les protagonistes restent coincés dans des situations peu enviables (il faut toujours se méfier des flippers et des maisons de poupées). En cela, la série se détache encore un peu de ce qui se fait à l’époque. Non seulement elle n’hésite pas à nous exposer à nos plus grandes peurs mais en plus elle suggère que nous pourrions ne pas nous en sortir indemne… Evidemment, ce sont ces épisodes-là dont nous nous souvenons le mieux, et ce même 20 ans plus tard.

Précurseur du genre

Souvenir encore vivace pour qui a grandi dans les années 90, Fais-moi peur a laissé une trace dans l’esprit d’un bon nombre d’enfants et de futurs sériephiles, grâce à un générique inoubliable et des histoires mémorables dont chacun aurait pu être le héros. Ne négligeons pas non plus l’identité visuelle de la série ainsi que les costumes et effets spéciaux dans l’ère du temps.

Fais-moi peur article

Après cinq saison, la Société de Minuit s’est désintégrée et n’a revu le jour qu’à la toute fin des années 90 pour une seule et unique saison. Entre la fin de la première et le début de la seconde, une série de livres est sortie (deux seulement étaient des adaptation d’épisodes, le reste étant des histoires originales). Dans la même veine, son homologue Chair de Poule a connu le sort inverse. Il s’agissait en premier lieu d’une série de livres, par la suite adaptée en série.

Pour l’anecdote, la série et son reboot ont vu défiler de futures stars du cinéma et du petit écran telle que Ryan Gosling, Melissa Joan Hart, Hayden Christensen, Laura Vandervoort ou encore Emily VanCamp.

3 réponses à “Coup de projo : En mode rétro ! Fais-moi peur

  1. J’adorais cette série. Même si elle me faisait très peur !
    L’ambiance était géniale et les histoires passionnantes (à commencer par les réunions autour du feu de camp, déjà tout un rituel).
    Et si je ne me souviens pas vraiment des autres intrigues, celle de la maison de poupée m’a traumatisée durablement.

  2. J’avais des flashs depuis un certain temps, d’une petite fille abandonnée dans une maison et parallèlement j’avais le souvenir de petites filles devenues de vieilles sorcières…J’ai cherché pendant longtemps jusqu’à ce que je retombe sur le générique de Fais-moi peur.

  3. Enfant, j’étais totalement fan de cette série. Le générique m’effrayait affreusement surtout la dernière image avec ce chant inquiétant. Le plaisir de se faire peur.
    Je me souviens qu’à l’école nous avions inventé « la société de midi » où nous nous racontions aussi des histoires d’horreur… étonnement, l’ambiance était moins angoissante ^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s