MacGyver vs L’Agence tous risques

Vous aimez les années 80 ? Tant mieux, nous aussi. Alors que la moustache de Magnum est sur le point de devenir une sorte de totem mascotte de Séries Chéries, nous nous sommes aperçus avec grand effroi que nous avions jusque-là oublié de parler de deux des séries les plus emblématiques de la décennie reine du kitsch : MacGyver et L’Agence tous risques. Il est plus que temps de rectifier cette injustice en répondant à LA question qui nous brûle à tous les lèvres, quelle est la meilleure série d’action vintage ?

mr-t-in-the place

Mr T n’est pas là pour couper du bois.

Si vous vous dites que ce combat sent un peu la naphtaline, détrompez-vous, les vieillards ont encore de la ressource et ils pourraient bien nous le prouver. Aujourd’hui, ce ne sont pas deux poids légers qui vont s’affronter, ce sont deux mythes, deux légendes du kitsch prêtes à en découdre. A ma droite, le prince du mulet, l’as de la débrouille, Angus MaaaacGyyyveeeer ! A ma gauche, l’équipe qui tombe à pic, la dernière chance au dernier moment, l’Ageeeeence tous riiiiisques ! Let’s get ready to rumble!

Round 1 : Y a-t-il un héros pour sauver le monde ?

Avec MacGyver comme avec l’équipe de l’Agence tous risques, on a plutôt affaire à des héros à l’ancienne, des héros avec un grand H venus redresser les torts, botter les fesses des méchants et bien sûr sauver les éternelles veuves et orphelins. Pourtant, on aurait tort de croire que les héros vintage ne sont juste que des brutes sans cervelles, on peut être justicier et avoir de la personnalité !

L'agence tous risques equipe

Les boys band dans les années 80 c’était vraiment différent.

Qui dit fortes personnalités et caractères bien trempés dit forcément Agence tous risques. Mélange improbable entre les Sept salopards et le tandem Bud Spencer/Terence Hill, cette équipée sauvage réunit les personnalités les plus disparates pour un cocktail des plus détonnants. Entre Hannibal le chef fin stratège, « l’homme qui aime qu’un plan se déroule sans accrocs », Futé le séducteur, Murdock le fou volant et Barracuda le costaud au grand cœur, on n’a que l’embarras du choix pour choisir son héros préféré. Caricatures ambulantes, ces personnages n’ont rien de réalistes. Oubliez le naturalisme, on nage en pleine bande dessinée, avec des personnages de cartoon qui ne sont parfois pas si loin de la parodie. Prenez Futé par exemple : dragueur, charmeur, belle voiture, bref tout ce qu’il faut pour jouer les sosies de James Bond. Sauf qu’il possède ce côté légèrement loser qui le rend beaucoup plus proche du vendeur de voitures d’occasion que de l’espion le plus dangereux de sa Majesté. Dommage ? Non au contraire, c’est ce genre de choses qui donnent tout son charme à la série. Entre le bourrin Barracuda et le héros de film de guerre sur le retour Hannibal, on en a pour tous les goûts si tant est que l’on aime les personnages joyeusement décalés.

ateam

Comment ça décalé ? Juste un peu différent, c’est tout…

Je ne sais pas si l’union fait la force mais en tout cas ici l’union fait le rire. Voir Murdock jouer avec une marionnette pendant que Barracuda lui hurle dessus en pleine course poursuite ou en pleine baston générale, définitivement ça n’a pas de prix. Là où une succession sans fin de scènes d’action finirait par nous lasser, un peu d’humour et quelques répliques bien senties apportent un réel charme qui nous donnent tout autant envie de voir du grand spectacle que de faire partie de l’équipe.

Après la revue des troupes du commando tous risques, notre pauvre MacGyver parait bien esseulé. Courage Angus, le nombre ne fait pas tout. Pour tirer son épingle du jeu, MacGyver peut compter sur son originalité. Son point fort à lui ? Sa légendaire débrouillardise. Qu’il soit prisonnier d’un immeuble en feu ou pris en otage par une bande de communistes assoiffés de sang, Angus peut compter sur son fameux couteau suisse et sur son imagination débordante pour se sortir de toutes les situations. Bricoleur de génie, il est capable de faire des merveilles avec une vieille chambre à air et un râteau. Rien ne se perd tout se transforme, ce pourrait être la devise du premier héros adepte de la récupération. A une époque où les héros étaient plus connus pour leurs muscles saillants et leur force brute c’est une mini révolution.

mac011

Le baroudeur collection Indiana Jones 90

Il est le prototype d’un héros d’un nouveau genre, le scientifique baroudeur. Refusant les armes à feu, adepte de la non-violence, Mac préfère faire travailler ses méninges. Pas de foire au bourre-pif au programme, ici on réfléchit. Altruiste, charmeur, drôle, malin, Mac semble tout simplement parfait. Presque trop. Le gendre idéal c’est bien beau mais c’en est presque lassant. MacGyver est un éternel scout. Pour ceux qui aiment les modèles moraux c’est très bien mais son côté Tintin peut vraiment fatiguer.

Malgré tout, on ne peut rester insensible devant le charme de ce justicier au grand cœur. Il est peu le héros de bande dessinée rêvé, un peu espion, un peu aventurier, un peu Jamy de C’est pas Sorcier. Un mélange étonnant qui fait de lui un personnage culte par-delà les années.

macgyver-shit

Comment ça j’ai l’air niais ?

Vainqueur : Plus nombreux, plus décalés et peut être un peu moins niais qu’Angus le bricoleur, l’équipe de Barracuda et compagnie remporte la palme du charisme. Le combat est serré mais une fois encore l’expression se confirme, plus on est de fous plus on rit.

MacGyver 0 – L’Agence tous risques 1

Round 2 : Tout est une question de méthode.

Vous avez un problème de malfrats vintage ? Une invasion d’agents de l’Allemagne de l’est ou un vétéran du Vietnam à sauver ? Pas de souci, nos héros sont là ! Mais à qui vaut-il mieux faire appel ?

Avec l’Agence tous risques soyez prévenus, vous allez avoir du spectacle ! Mieux que les déménageurs bretons, l’agence ne laisse rien derrière elle. Ça explose, ça tire dans tous les sens, bref oubliez vos neurones et laissez-vous porter. Mais attention, n’allez pas croire pour autant qu’Hannibal et sa troupe ne sont qu’une bande de bourrins ramollis du bulbe. Contrairement aux apparences ce sont de grands pacifistes. Seules cinq personnes meurent dans cette série de cinq saisons. La moyenne reste honorable. Il faut dire qu’ils possèdent un talent particulier, malgré toutes les fusillades et les cascades les plus impressionnantes, miraculeusement à la fin les méchants ne sont que légèrement assommés. Manque de réalisme ? Un peu, mais surtout du fun avant tout, les dilemmes moraux ne sont pas de mise ici. On est plus proche d’Astérix que de Tueurs nés. Tant mieux, on a un peu l’impression de retomber en enfance avec un joyeux défouloir proche d’un dessin animé GI Joe.

L-agence-tous-risques_reference01

Attention, ça va péter !

Chez MacGyver, on change un peu d’univers. L’approche furtive est de mise. Quand on ne manie pas l’AK 47 mais le couteau suisse, mieux vaut avancer à pas de loups. A l’approche directe mieux vaut privilégier l’art de la diversion et du piège à malfrats. Faire de la neige à l’aide d’une scie circulaire, d’un aspirateur et de copeaux de bois ? Rien de plus facile. Electrocuter un groupe d’ennemis avec une porte en fer et une batterie de voiture ? En deux temps trois mouvements. Avec MacGyver rien n’est impossible, la pire des situations ne peut que se terminer en happy-end.

Contrairement à l’Agence tous risques, le vrai plus c’est le suspense. Même si l’on se doute que tout finira bien, on est tout de même hypnotisés par les stratagèmes de Mac. On sait de quels ingrédients il part mais jamais quel sera le résultat à l’arrivée. Une raison suffisante pour nous tenir en haleine pendant quelques années, d’autant que contrairement à l’Agence tous risques, les destinations varient et les dangers se multiplient d’épisodes en épisodes. On a beau être nostalgique et accepter beaucoup des années 80, un peu de variété ça ne fait pas de mal.

macgyversolution

Mais qu’est ce qu’il a dans la main ? Du génie monsieur, voilà ce qu’il a !

Vainqueur : MacGyver revient dans le match ! Moins de coups de feu mais plus d’intelligence font de cette série un spectacle moins lassant que l’Agence tous risques. Le principe se renouvelle beaucoup plus et surtout on peut se laisser prendre à un suspense (un peu) plus soutenu.

MacGyver 1 – L’Agence tous risques 1

Round 3 : T’as le look coco !

Qui dit années 80 dit looks improbables. Chemises à fleurs, grosses moustaches et perfectos. Les années 80 ont laissé leur trace au point de vue du style, que ce soit pour le meilleur comme pour le pire. Mais qui de MacGyver ou de l’Agence tous risques a le plus participé à cet état d’esprit eighties ?

macgyver bg

Ne cherchez pas, la classe on l’a ou on l’a pas.

Non Angus tu n’y couperas pas. Il est temps de parler de ton mulet. Mais qu’est-ce que c’est que cette coupe de cheveux ? S’il y a bien quelque chose qui ne s’est fait qu’à cette époque c’est bien ça. Court devant, long derrière. La dignité d’une génération entière sacrifiée sur l’autel de l’exploration capillaire. Mais quel est le vrai scandale ? Le fait que MacGyver porte cette coupe ou qu’il arrive tout de même à rester beau gosse malgré tout ? Angus est vraiment le plus fort, transformer un handicap capillaire pareil en signature stylistique, vraiment, chapeau bas l’artiste.

L’Agence tous risques restera-t-elle de marbre face à une telle attaque stylistique ? Oh que non, un homme se dresse pour relever le défi, son nom : Barracuda. Le poids lourd du look, le champion du style eighties c’est peut être lui. Portant le treillis comme personne, bardé de chaines en or et arborant fièrement la coupe iroquoise, Barracuda/Mr T. ne se laisse dicter par personne son look inimitable. Mélange de militaire, de rock star et de maquereau, il crée un style à part, si personnel qu’il faudrait avoir fortement abusé de substances pas très licites pour oser essayer de l’égaler. Tel un Hulk Hogan en son temps, Barracuda est plus qu’un personnage, c’est un style de vie. Barracuda est un panneau publicitaire vivant, une sorte d’ode aux années 80 clamant haut et fort « je fais ce qui me plait et je vous emm… ». Pas étonnant que Mr T. continue d’arborer le même look aujourd’hui encore.

mrt02

Entre le pimp, le soldat et la rock star, Barracuda c’est un peu de tout ça.

Vainqueur : L’Agence tous risques a dégainé son arme secrète. Avec Barracuda, le match est plié. L’esprit 80, il l’incarne comme nul autre. Plus qu’un style, un mythe, une légende.

MacGyver 1 – L’Agence tous risques 2

Vainqueur final

Le combat fut rude mais l’équipe de Barracuda, Hannibal et compagnie l’emporte d’une courte tête. Incarnation vibrante des années 80, la série nous replonge dans une époque où simplicité rimait avec efficacité. Une série gentiment bêta et un peu régressive qui nous donnerait presque envie de retourner jouer aux petits soldats. Définitivement kitsch et culte !

hop28

Alors, heureux ?

Une réponse à “MacGyver vs L’Agence tous risques

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s