Semaine d’un sériephile (67) : Spécial web-séries

Aujourd’hui j’ai envie de vous parler de web-séries. Il est vrai que nous n’en parlons pas énormément sur Séries Chéries mais pourtant, force est de constater qu’il n’y a pas que sur HBO ou Netflix que l’on peut dénicher quelques pépites. La dernière édition de Séries Mania il y a un peu plus d’un mois nous a particulièrement gâtés dans le domaine avec une sélection de quinze web-séries venues du monde entier, montrant que diversité et qualité s’allient plutôt bien avec format web. Il était plus que temps de revenir sur ces événements, alors n’attendons plus : voici une petite sélection coup de cœur de quelques-unes de ces séries à ne pas louper.

Les Berges

Série québécoise, Les Berges nous conte l’histoire d’un groupe d’amis partis pour un week-end de fête et de farniente sur une île inhabitée, en plein cœur du Saint-Laurent. Ce qui aurait dû être une escapade festive va bien vite se transformer en cauchemar lorsque d’un banal affrontement d’ego entre garçons résulte la perte des clés du bateau, seul moyen de regagner la terre ferme.

berges

Première force de la série, Les Berges prouve que l’on peut faire une web-série sans nécessairement jouer la carte de l’humour ou du fantastique. Ça n’a peut-être l’air de rien mais au milieu d’un paysage web trop souvent réduit au besoin de faire rire à tout prix, Les Berges affirme une vraie originalité. Au-delà de ce constat, la série québécoise se sert intelligemment du format web en faisant progresser la tension entre les personnages par petites touches, petits affrontements quotidiens qui nous tiennent en haleine d’un épisode à l’autre. Un épisode équivalent à une journée passée sur l’île on voit peu à peu les caractères se révéler, les sentiments se déclarer et les antagonismes larvés apparaître au grand jour. On n’atteint pas la force d’un Festen non plus mais on n’en est tout de même pas si loin. On retrouve en tout cas cette même démarche du huis clos révélateur, qui fonctionne particulièrement bien dans ce cadre insulaire.

Suspense mis à part, cette série est avant tout l’histoire d’un passage à l’âge adulte, d’une quête de repères dans un monde étrange que l’on ne maîtrise plus si bien. Les Berges joue le jeu de la métaphore en faisant de cette excursion l’occasion d’une mise au point violente des rapports humains. Que sont ces jeunes gens les uns par rapports aux autres ? Que signifie l’amitié, que recherche-t-on chez l’autre ? Ce genre de question ne cesse de se poser et la réponse ne peut surgir que de la crise et du danger approchant. On pourrait craindre la caricature et les rôles un peu trop factices, certaines scènes n’y échappent d’ailleurs pas tout à fait, mais fort heureusement l’ensemble parvient à rester assez subtil pour nous toucher. Bref, si vous êtes sensibles aux règlements de compte, aux affrontements psychologiques riches en révélations et surtout si vous n’êtes pas allergique à l’accent québécois, voilà une série qui mérite le coup d’œil.

The Evening Cigarette
evning

Autre genre, autre humeur avec cette série d’animation française se situant dans la droite lignée des comédies d’Adult Swim sur Cartoon Network.  Au programme, une satire féroce de la dernière cigarette du soir, qui comme chacun le sait est la meilleure, après celle du matin, celle d’après repas ou celle du café. Bref, amis fumeurs de gitanes voici une série qui devrait vous refroidir. Dans chaque épisode, on assiste aux macabres déconvenues d’innocents personnages qui n’aspiraient qu’à profiter tranquillement de leur pause clope. Une série décapante qui pourrait bien prétendre à devenir le nouveau spot publicitaire du ministère de la santé. Utile je ne sais pas mais diablement efficace ça c’est sûr.

Neffy

neffyseries

On passe en Angleterre cette fois avec Neffy, ou l’histoire d’une immigrée nigérienne éternelle étrangère dans un pays où elle ne peut qu’être à la marge. Travaillant dans les toilettes d’une boite de nuit, confrontée à la solitude dans sa vie quotidienne, Neffy semble complètement résignée. Ses espoirs d’épanouissement ne sont plus qu’un vieux souvenir, l’éternel recommencement d’une vie sans événements la plonge dans une sorte de dépression muette. Bref, haut les cœurs la vie est une fête.

Pourtant, une rencontre va venir apporter une touche d’espoir dans la vie de Neffy. Allie, fille de son insupportable voisine, incomprise dans sa famille et rejetée de toutes parts, va trouver en Neffy une alliée potentielle. Enceinte alors qu’elle n’est qu’une adolescente, Allie se retrouve marginalisée. Seule Neffy, elle-même confrontée à la violence ordinaire des jugements,s’abstiendra de toute moralisation pour la traiter comme une égale, comme une femme ayant besoin qu’on l’écoute et qu’on la comprenne sans miséricorde ou faux semblants, mais simplement avec la chaleur de l’amitié. Neffy est avant tout une série intimiste, ne jouant pas la carte du pathos mais plutôt celui de la sensibilité, avec une mise en scène toute en douceur laissant à ses actrices le soin d’insuffler toute leur humanité. Une belle histoire qui ne peut que nous faire penser au cinéma social anglais cher à Ken Loach. On a vu pire comme référence.

Umm Abdo Al-Halabiya

abdo

Curiosité parmi cette sélection, Umm Abdo, série syrienne réalisée à Alep en pleine guerre civile, touche à la fois au documentaire et à la fiction. Le sujet de la série est le drame vécu par les Syriens vivant en plein cœur d’un champ de bataille entre forces du régime de Bachar El Assad et factions rebelles. Mélangeant images documentaires du visage actuel de la Syrie et mise en scène fictionnelle, cette série nous plonge au cœur du drame à hauteur d’enfant. Intégralement interprétée par des enfants d’une dizaine d’années, Umm Abdo nous fait vivre le quotidien d’une famille aux prises avec les difficultés du quotidien dans un pays en guerre.

Œuvre étonnante, cette série montre un autre visage de la web-série, militante et sensible, capable de parler du monde et d’interpeller comme pourrait le faire un documentaire mais avec la force d’identification de la fiction en plus.

Ex-Model

Récompensée par le prix de la meilleure web-série à Séries Mania, Ex-Model, production franco-chinoise, pourrait être définie comme le chaînon manquant entre Sex & the City et Bref. Étrange mélange ? Assurément. Mais l’on se laisse vite charmer par cette comédie fashion pas tout à fait comme les autres.

EXMODEL-6-credits-Personnality

L’histoire est celle de Xin Xin, top modèle d’origine chinoise découvrant à l’aube de ses trente ans que ses premières rides pourraient bien sonner le glas de sa carrière de mannequin. Pas du genre à se laisser sombrer dans la dépression, Xin Xin compte bien prouver qu’elle possède bien des cordes à son arc pour retrouver le chemin des podiums en usant de tous les stratagèmes possibles y compris les plus absurdes. Ou comment partir d’une situation de mélodrame pour en faire un réjouissant défouloir. Xin Xin et ses bons plans c’est un peu Gaston Lagaffe qui rencontre l’univers de la mode. Ce ne sont pas les idées qui manquent mais la catastrophe n’est jamais bien loin. Rien que le début de la saison 2 s’ouvrant par la tentative de maquillage d’un chien en panda pour faire le buzz donne le ton, ici pas question de se prendre au sérieux. Voilà un joyeux bordel organisé qui fonctionne grâce à une inventivité de chaque instant. Aucun épisode ne se ressemble, les idées fusent à cent à l’heure et les rires aussi. Alors oui on se retrouve souvent devant des situations « what the fuck » pas très crédibles mais peu importe, on se laisse entraîner dans ce tourbillon d’idées farfelues.

Au niveau de son écriture comme de son rythme, Ex-Model lorgne beaucoup du côté de Bref. On retrouve cette même efficacité et surtout ce sens du rythme qui ne laisse aucune place aux temps morts en nous bombardant de situations burlesques. Une écriture parfaitement adaptée au web évidemment mais qui parvient dans le cas d’Ex-Model à conserver une vraie originalité. On ne se retrouve pas dans un énième clone de Bref comme on aurait pu le redouter. Par sa vision satirique du monde de l’image et de la gloire à tout prix, par son côté girly et surtout par son inventivité, le quotidien de Xin-Xin tire son épingle du jeu. Une vraie réussite pour une série drôle, intelligente et surprenante, qui mérite d’être découverte au plus vite.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s