Sélection de séries pour Halloween 2018

Halloween c’est aujourd’hui ! Et un mois d’octobre sans séries qui suivent le thème, c’est juste la pluie, la grisaille, et les parisiens encore plus chiants que d’habitude. Heureusement cette année on est plutôt gâtés : reboot de Charmed, The Haunting of Hill House, The Chilling Adventures of Sabrina, et… Allez, on réserve une surprise pour la fin.

Critique The Haunting of Hill House : la série de l'année ?

The Haunting of Hill House

Les amateurs de série d’épouvante seront servis avec ce bijou de mise en scène et d’écriture. Difficile de décrire cette série tant sa chronologie désarçonne et nous laisse coudre un véritable patchwork de mystères. C’est le début de l’été, et la famille Crain entre dans sa nouvelle demeure : le tortueux manoir des Hill. Olivia et son mari sont un couple de house flippers, ces restaurateurs amateurs qui achètent des ruines pour les retaper en trésors et les vendre à plusieurs fois l’investissement original. Elle, architecte, et lui, bricoleur, ont deux mois pour retaper l’endroit et en faire un endroit vivable. Ils ont cinq enfants, dans l’ordre d’âge : Steve, Theo, Shirley, et les jumeaux Nell et Luke.

Evidemment, ce ne serait pas drôle si tout se passait comme prévu. Les enfants ont le sommeil troublé, et sont réveillés en pleine nuit par d’étranges figures sinistres… Un temps indéterminé plus tard (des jours, des semaines, des mois ?), le père réveille ses enfants dans la hâte. Paniqué, il les tire (et nous aussi) par la main hors de la maison, les fourre dans la voiture et tous s’enfuient dans la nuit. La mère n’est plus là… Et nous voilà, des années plus tard, à retracer les funestes événements de cet été maudit, et leurs terribles conséquences sur la fratrie.

La réalisation est soignée et franchement épatante, le montage alternant habilement drame familial aux personnages torturés et frissons de maison hantée. Le ressort de l’horreur est ici entièrement psychologique et évite largement l’abus de jump scares typiques du genre. Il faut dire que la cinématographie pourrait bien être le plus grand point fort de la série, avec son hors champ aux petits oignons qui fourmille de fantômes et de secrets. Ceux-ci sont partout, dès les premières secondes du premier épisode même, mais toujours fugaces et à la limite de notre champ de vision. Ils n’attirent jamais le regard, ce qui les rend encore plus terrifiants lorsqu’on les aperçoit enfin…

Résultat de recherche d'images pour "the chilling adventures of sabrina netflix"

 

The Chilling Adventures of Sabrina

Si la photographie de Haunting of Hill House poussait à l’exploration et à la curiosité, celle de ce remake de Sabrina ne pourrait pas y être plus opposée. Entre idées mal avisées et amateurisme total, Sabrina agresse nos yeux avec un effet œil de poisson flou omniprésent au symbolisme hasardeux. Au final, les trois quarts de l’écran sont noyés dans cette purée visuelle qui donne envie de nettoyer ses lunettes ou de prendre rendez-vous chez l’ophtalmologiste. C’est d’autant plus dommage que le choix de saturer les couleurs a un charme rétro indéniable, mais voilà, on n’en profite pas tant que ça vu que la série semble nous inviter à l’écouter plus qu’à la regarder.

Pourtant, Sabrina a beaucoup pour plaire, avec ses thèmes féministes, sa grande diversité et ses personnages secondaires très attachants voire irrésistibles. Ceux-ci en viennent même à voler la vedette à l’héroïne titre, et l’on se retrouve à compter les minutes avant la prochaine apparition de Roz ou d’Ambrose. On en oublierait presque notre tristesse quant à la quasi-disparition de Salem, relégué à un rôle de Deus Ex Machina silencieux… Il est loin, le temps des animatroniques attachants et campy de l’original ou d’autres séries comme Farscape !

 Résultat de recherche d'images pour "christine mcconnell netflix"

The Curious Creations of Christine McConnell

Puisqu’on parle d’animatroniques, les amateurs pourront aller faire un tour du côté de cet OVNI signé Netflix. L’artiste/modèle/cuisinière (et sorcière, apparemment) y laisse libre court à son esthétique burlesque-glam-goth dans un étrange hybride mi-cooking show Halloweenesque et mi-série pour adultes encore un peu enfants. Entre deux superbes réalisations culinaires pour égayer la vie de ceux qui aimeraient qu’Halloween dure 364 jours de plus, le cast de poupées réalisées par les concepteurs des Muppets nous invite dans la vie étrange de leur maîtresse. Monstre tentaculaire dans le frigo (très pratique pour faire passer les ingrédients), raton-laveur de Frankenstein obsédée sexuelle et amatrice de chocolat, et n’oublions pas la fantôme du miroir jouée par Dita Von Teese… 

Bref, voici un petit cocktail de séries par ordre de flippitude pour égayer votre soirée d’Halloween, ou, à défaut, le reste de l’année. Il y en a pour tous les goûts, du terrifiant à l’alléchant… Et le tout à consommer sans modération bien sûr !

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s