Etude de pilote : Marvel’s Agents of S.H.I.E.L.D.

Phil Coulson n’est pas mort. Mieux : il reprend du service dans une série d’action, et ne s’entoure cette fois pas de super-héros mais d’agents plus ou moins spéciaux pour se charger des affaires qui sortent de l’ordinaire…

Les différentes franchises Marvel ont envahi les écrans des salles obscures depuis une petite dizaine d’années. Au fil des prequels, sequels et autres reboots, le spectateur a ainsi pu (re)découvrir le S.H.I.E.L.D., une organisation internationale chargée de contrôler les phénomènes et technologies hors du commun. Après l’avoir vu en action dans le cadre d’aventures super-héroïques, il est temps pour le S.H.I.E.L.D de passer au premier plan dans une série qui lui est réservée : Marvel’s Agents of S.H.I.E.L.D.

Un nouveau produit Marvel

Les studios Marvel veulent conquérir le monde, et Avengers, champion du box-office en 2012, est l’un de leurs arguments les plus persuasifs. Aux commandes d’Agents of S.H.I.E.L.D., on retrouve donc l’homme en partie responsable d’un tel succès, bien connu par ailleurs des amateurs de séries : Joss Whedon occupe le poste de producteur exécutif et réalise le pilote. Accaparé par Avengers 2 (prévu pour 2015), il a partagé la direction de la série avec son frère et sa belle-soeur ; l’affaire reste dans la famille. La filiation avec l’univers Marvel ne s’arrête pas là. Les événements du pilote ont lieu peu de temps après les événements du film, dont certaines images apparaissent d’ailleurs dans la séquence d’ouverture. Les flashes s’enchaînent : un robot qui vole, un marteau, un bouclier étoilé; une voix nous rappelle que le monde entier est désormais conscient de l’existence des super-héros, et que le S.H.I.E.L.D. n’est plus tout à fait une organisation secrète. Mais l’invasion extraterrestre et la lutte fratricide de dieux scandinaves, c’est de l’histoire ancienne : la série se concentre sur le quotidien et les missions habituelles des agents humains.

hulk

Hulk, déçu de ne pas faire partie du casting d’Agents of S.H.I.E.L.D.

Phil Coulson est mort, vive Phil Coulson !

L’agent Coulson, personnage secondaire dans Thor et Iron Man, meurt dans Avengers. Avant de verser une larme et/ou de me lyncher pour cause de spoiler*, soyez rassurés : il est le personnage principal d’Agents of S.H.I.E.L.D., en chair et en os. Les scénaristes ont-ils pris des substances illicites ? Ou alors ont-ils écrit les épisodes en 2011, et vécu depuis dans une grotte, sans connexion internet et sans cinéma à proximité ? Cette incohérence est heureusement évoquée dans l’épisode, sous la forme d’un mystère que le reste de l’intrigue devrait nous dévoiler. Phil Coulson mentionne en effet une période de convalescence, le regard étrangement vide, lorsque ses collègues s’étonnent de le voir. Il reprend donc du service, et s’entoure de collaborateurs aux talents divers. Côté muscles, Melinda May, ex-légende de l’agence qui retourne elle aussi sur le terrain après un mystérieux traumatisme (encore un !) et Grant Ward, un jeune et talentueux agent. Côté cerveaux, Leo Fitz et Gemma Simmons, deux scientifiques qui comptabilisent une dizaine de prestigieux diplômes à eux deux. Pas le temps de faire connaissance : la vidéo d’une explosion en plein New-York montre qu’un homme a des capacités surhumaines. En réalité, c’est un instrument en forme de scolopendre qui lui donne ces capacités, et qui lui fait par ailleurs courir le risque d’exploser à tout moment ; l’équipe doit donc gérer ce danger, trouver un moyen de désactiver l’appareil,  et tenter d’en retrouver les créateurs. Sur le chemin, ils capturent une hacktiviste nommée Skye : elle fait partie de la Marée Montante (The Rising Tide), une sorte de Wikileaks qui divulgue des informations confidentielles au public – entre autres, les activités du S.H.I.E.L.D.  Skye coopère finalement avec l’équipe, et Phil Coulson envisage même de l’embaucher pour ses talents informatiques.

shield4

Skye aussi lit Séries Chéries.

Un pilote efficace… mais décevant

Cet épisode est pour moi un pilote réussi. La présentation des personnages n’est pas trop appuyée,  le rythme est soutenu. En tant que spectateur, on est alléché par l’évocation de quelques mystères et la possibilité d’un « grand méchant »  qui échappe cette fois à l’équipe. On retrouve par ailleurs clairement la patte de Joss Whedon ; l’humour est très présent, les scènes d’action sont très divertissantes… Et, bien sûr, la moitié du casting est féminin, avec des personnages qui sortent des stéréotypes habituels (mais correspondent tout à fait aux stéréotypes whedoniens) : une féroce combattante, une scientifique, une geek.

Pourtant, quelque chose ne fonctionne pas. Le fait que ce soit un produit Marvel, sûrement, y est lié : l’efficacité de l’épisode semble être un impératif, et ne laisse pas beaucoup de place à la subjectivité de ses créateurs. Agents of S.H.I.E.L.D. est une série de commande, sur laquelle reposent beaucoup d’attentes et de contraintes : elle doit préparer le terrain pour Avengers 2 tout en interagissant avec les films des autres licences, respecter une mythologie fermement établie tout en restant tous publics, satisfaire les différentes institutions dont elle fait partie – ABC, Marvel, Disney – comme les fans, et, surtout, elle doit être rentable. Au visionnage, tout cela m’a paru évident. Il manque vraiment un discours personnel, une identité propre à l’épisode. Il pourrait par exemple aborder de manière intelligente la question des limites du pouvoir : le S.H.I.E.L.D. peut-il vraiment agir impunément d’une manière aussi autoritaire ? La Marée Montante a-t-elle raison lorsqu’elle dévoile de tels agissements ? Mais la question est tranchée de la manière la plus consensuelle possible : lorsqu’il s’agit de sauver des vies, tous les moyens sont bons.

La promesse de caméos* et de crossovers divers devrait suffire aux aficionados de l’univers Marvel : depuis le début de la série, on a croisé l’agent Maria Hill (Cobie Smulders de HIMYM) et Nick Fury (Samuel L. Jackson). De plus, l’intrigue de l’épisode du 19 novembre sera parallèle aux événements du film Thor : le monde des ténèbres actuellement en salles. Les fans d’Avengers & co seront pourtant déçus par l’absence de vrai super-héros dans la série, qu’ils peuvent compenser avec Arrow. Pour ma part, j’attendais plus de ce pilote qu’un simple divertissement, et je n’ai poursuivi mon visionnage que parce que j’ai une foi (presque) aveugle en Joss Whedon…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.