Semaine d’un sériephile (50) : Shonda Rhimes met les femmes à l’honneur [SPOILERS]

Pardonnez moi chers lecteurs parce que j’ai péché. Si je n’ai pas encore parlé de la petite merveille qu’est Scandal sur Séries Chéries, c’est parce que j’ai découvert son existence il y a peu. MAIS, après trois saisons très vite consommées, la série compte aujourd’hui une addict de plus. De ce fait, mes dernières semaines ont été des plus stressantes. L’attente est ENFIN terminée : le thriller politique étant de retour tous les jeudis sur ABC, suivi de la toute dernière création de la célèbre showrunner* Shonda RhimesHow to get away with murder. Thank God it’s thursday (TGIT) c’est LA soirée qu’il ne faut pas manquer, celle où vos amis sérievores vous pardonnent de les planter – parce qu’Olivia Pope et Annalise Keating ne sont pas de celles que l’on fait attendre.

A l’heure où j’écris ces mots, seuls les premiers épisodes des deux séries respectives ont été diffusés (et visionnés par mes soins), c’est pourquoi cet article ne traitera que des deux pilotes.

Olivia Pope is back !
10653531_921219611241155_1407725055446979040_n

Reviens Livie tu nous manques !

La fin de la saison 3 – légèrement en dessous des deux précédentes – s’est achevée sur un gros cliffhanger de la trempe de ceux dont Shonda Rhimes a le secret et qui fidélise le grand public. Au début de l’épisode 1 de cette nouvelle saison, il semble que deux mois se soient écoulés depuis les derniers événements. On retrouve Olivia (qu’on avait quittée montant dans un avion en compagnie de Jake) sur une île, les doigts de pieds en éventail. Celle-ci n’a aucune idée de ce qui a pu se passer durant son absence, nous non plus d’ailleurs. On l’apprend bien assez vite. En même temps que sa livraison de vin, Olivia reçoit une note l’informant de la mort d’Harrison. L’épisode entier ne pouvant décemment pas tourner autour des abdos de Jake, les deux tourtereaux rentrent à la maison le cœur lourd pour préparer les funérailles du défunt. Les choses sérieuses peuvent commencer.

scandal-1-photo-600x280

Fini la rigolade ma belle

Que s’est-il donc passé pendant leur absence ? Qui a envoyé cette note ? Comment les membres d’OPA (Olivia Pope and Associates) gèrent-ils l’absence de leur gladiateur en chef ? Comment Fitz va-t-il réagir à l’annonce du retour de sa chère et tendre ? Beaucoup de questions auxquelles l’épisode répond point par point de manière tout à fait prévisible, ce qui ne m’a pas dérangée. Il démarre lentement et reprend ses marques, comme Olivia fraîchement débarquée de son coin de paradis. Je ne regrette pas la lenteur de ce pilote sur lequel règne une ambiance morose.

Olivia découvre qu’en son absence son entreprise a été dissoute et qu’OPA n’est plus. Le message est clair, sans leur boss et amie, les autres sont perdus, d’où le sentiment de culpabilité de celle-ci. Elle est le noyau dur qui garde tout ce petit monde réuni. Abby travaille désormais à la Maison Blanche et occupe le poste d’attachée de presse qu’Olivia occupait autrefois. « Red » (comme la surnomment ses collègues) n’arrive pas à la cheville d’Olivia dont l’absence s’est beaucoup fait ressentir. En ajoutant à ce sentiment d’infériorité le départ d’Olivia – qu’elle considère comme une trahison – on retrouve une Abby colérique et pleine de ressentiments. Huck, le plus instable de tous les gladiateurs, travaille dans un magasin électronique et Quinn, quant à elle, est celle qui a retrouvé la trace de la disparue. Aussitôt de retour, Olivia, qui naïvement pensait rentrer le temps des funérailles et basta, reprend du service. Je vous passe les détails de l’affaire du jour, on s’en moque. Il s’agit d’un prétexte pour faire savoir qu’Olivia et son chapeau blanc are back !

Du côté de la Maison Blanche, c’est le chaos (il n’y a qu’à voir la coupe de cheveux de Cyrus). La pauvre Mellie, en deuil depuis la tragédie qui a touché sa famille, pète les plombs. Adieu les cardigans et les belles robes à la Jackie Kennedy, la Première Dame se moque de ce qu’on peut penser d’elle et ne semble plus décidée à aider son Président de mari à se faire bien voir des citoyens. Et Fitz dans tout ça ? Il tente tant bien que mal de garder la tête hors de l’eau. L’annonce du retour de « celle dont on ne doit pas prononcer le nom » reçoit un accueil mitigé – même si on sait qu’au fond de lui il crie de joie. A partir de ce moment, on attend plus qu’une chose : leurs retrouvailles.

Avant cela, petit détour par le cimetière pour un moment émouvant. La team est réunie autour du cercueil d’Harrison. RIP, parce que je l’aimais bien. Papa Pope nous régale d’un petit passage en limo dont seul Jake est témoin. Cela attire donc tout de suite l’attention du soldat B-613 qui se doute bien que c’est louche. Voici donc, selon toute vraisemblance, le point de départ de la prochaine intrigue de cette saison. Olivia finira tôt ou tard par apprendre la vérité sur le meurtre d’Harrison et la supposée mort de sa mère. Pour ceux qui attendaient comme moi une scène de règlements de compte entre les deux amants, patientez encore un peu. L’épisode, bien que nous laissant sur notre faim, nous fait décrocher un sourire final lorsque les deux héros se croisent au tribunal. Amis gladiateurs, a suivre !

Capture

Le meilleur pour la fin

Nice to finally meet you, Annalise Keating.

Vous savez ce qu’on dit : plus l’attente est longue, plus la déception est grande. Je misais beaucoup sur ce pilote mais celui-ci n’a pas été à la hauteur de mes espérances. Après l’univers médical, la politique, Shonda Rhimes s’attaque au judiciaire. Sujet indémodable, le monde des séries compte déjà bon nombre de pointures du genre (Ally McBeal, The Practice, New York police judicaire), mais avec Shondaland aux manettes, je ne me faisais pas trop de soucis, à tort.

How-To-Get-Away-With-Murder

Une bonne petite team de winners

Le pilote est divertissant mais ne tient pas toutes ses promesses. L’épisode nous met dans le bain tout de suite : un meurtre a eu lieu. On retrouve quatre étudiants dans une forêt – comme nous l’avaient déjà montré les multiples trailers – qui cherchent à dissimuler un cadavre. Sauf que le début de l’histoire démarre trois mois plus tôt. L’épisode fera donc sans cesse des allers retours entre le présent et « dans trois mois ». Ces flashforwards selon moi ont desservi l’épisode et n’ont réussi qu’à déstabiliser le spectateur. Tout va beaucoup trop vite, les plans défilant à toute berzingue. « Qui est mort ? » est la question qui nous taraude tout le long.  Le suspense est immédiat, on ne s’embarrasse pas de fioritures.

La série ne tourne pas vraiment autour de l’univers judiciaire qui n’est qu’un prétexte pour l’exécution du meurtre. Au centre de l’intrigue on retrouve Annalise Keating (Viola Davis), une professeure de droit criminel à la fac de Middleton à Philadelphie, également avocate en droit pénal. Elle est comme on s’y attendait : forte, déterminée, froide mais au coeur tendre, ce qui n’est pas sans rappeler l’héroïne de Scandal. Totalement badass, elle est la meilleure dans ce qu’elle fait. L’actrice charismatique est le gros atout de ce pilote. Malheureusement, elle éclipse les autres personnages : des étudiants aux dents longues très ambitieux, prêts à tuer pour y arriver (c’est d’ailleurs chose faite, bien qu’on n’ait pas tous les détails). Ils nous rappellent un peu les internes en médecine qui gambadaient autour de Miranda Bailey dans Grey’s Anatomy (une autre série de Rhimes). On a le droit à tous les stéréotypes du genre : la nana ambitieuse, l’intello timide, le pseudo beau gosse, le premier de la classe qui parle trop, et un mec sympa arrivé là un peu par hasard – celui qu’on est censé préférer. Ces quatre prodiges font désormais partie du cabinet de Keating et l’aideront dans ses affaires.

Screen-Shot-2014-05-14-at-2_30_06-PM

Relou n°1, relou n°2, reloue n°3, relou n°4 et reloue n°5.

Le deuxième arc narratif concerne une fille disparue dont le corps est retrouvé. Celle ci était une étudiante du mari de Keating. On a toutes les raisons de penser que ce dernier entretenait avec la demoiselle une relation allant au delà de la relation étudiant-prof. Le couple a pas mal de problèmes semblerait-il, l’avocate est d’ailleurs surprise par un de ses étudiants avec un homme qui n’est pas son mari. Ce ne serait pas un show de Shonda Rhimes si on ne faisait pas mention de l’adultère. Aurait t-elle appris la relation extraconjugale de son époux et se serait-elle débarrassée de sa maîtresse ? L’épisode ne m’a pas totalement conquise, certes, mais il mérite que j’attende encore un peu avant d’asseoir mon jugement définitif.

Une réponse à “Semaine d’un sériephile (50) : Shonda Rhimes met les femmes à l’honneur [SPOILERS]

  1. I’m a gladiator ! Et pourtant ce n’était pas gagné. Shonda m’avait largué à la saison 3 de Grey’s Anatomy mais sur tes bons conseils Marine, j’ai commencé Scandal, et avec curiosité je me suis aussi intéressée à HTGAWM (trop long). Concernant Scandal, difficile de trouver des défauts à ce Jake et en même temps…Olitz forever :)
    Les femmes dans Scandal c’est aussi toute une histoire : Red me gave sérieusement, cette actrice me sort par les yeux, que ce soit dans Castle, Mad Men ou Scandal, rien n’y fait, Quinn est devenue une femme forte, mais il y a un truc en elle qui me dérange encore, même en mode « rédemption ». Olivia reste Olivia. Finalement c’est Mellie qui a ma préférence en ce début de saison 4. Ce qui lui arrive est loin d’être drôle mais la voir se balader en pyjama+Uggs+paquet de chips comme une ado me fait marrer.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s