Coup de projo sur Sons of Anarchy

J’ai l’impression d’avoir décroché le jackpot. Je viens de découvrir une série que j’aime beaucoup et elle a déjà 5 saisons au compteur. Sons of Anarchy n’a jamais été mentionnée, même une seule fois, sur notre blog Séries Chéries et pourtant, elle a son lot de fans. Je m’y suis donc mise en attendant la saison 2 de Orange Is the New Black et je ne regrette pas ce choix judicieux. Aujourd’hui, si j’ai fini de regarder tous les nouveaux épisodes de cette excellente seconde saison livrée par Netflix, il me reste encore trois saisons de Sons of Anarchy à savourer. Alors c’est parti pour un coup de projo sur un diamant brut resté trop longtemps caché. Commençons par une petite virée dans le monde des bikers que j’ai découvert grâce à la série, un univers brutal où les personnages féminins sont loin d’être insignifiants. Je vous présenterai donc aussi quelques unes de ces femmes de l’ombre.

1580030

Les bad boys côté pile…

SOA2_2

… et côté face.

Avant de commencer la série, ma connaissance du monde des bikers se limitait au fait d’en voir défiler en bas de chez moi à l’époque où j’habitais à deux pas du QG des Hell’s Angels de New York. Cette procession de motards un peu pathétiques ne m’avait jamais impressionnée : leurs longues barbes, leurs tatouages outranciers, leur embonpoint accumulé à force de laisser leur monture faire tout le travail, sans oublier une quantité de cuir à faire pâlir d’envie les clients des salons SM situés dans le même quartier (et oui, on trouve de tout « on the Bowery« ).

Dans la vraie vie, je n’ai jamais eu le fantasme de l’homme à la moto. Moi j’étais plutôt du genre surfeur blond décoloré voyez-vous. Je ne suis pas non plus particulièrement amatrice des grandes virées sur des autoroutes sans fin (je n’ai même pas mon permis). Et les séries ultraviolentes ne sont jamais mon premier choix (pour chaque épisode de The Walking Dead visionné, je dois m’enfiler au moins trois épisodes de Parenthood pour compenser). Mais inexplicablement, j’adore Sons of Anarchy.

Bienvenue au club

L’histoire se déroule dans une petit ville de Californie, Charming (un nom inventé), et se concentre sur la vie torturée des membres d’un « club » de motos. Les Sons of Anarchy s’apparentent plutôt à une société secrète aussi appelée « Sam Crow » (Sons of Anarchy Motorcycle Club Redwood Original, ou S.A.M.C.R.O), comme si le club était une personne à part entière. Le noyau dur est constitué du président et membre fondateur, Clay (Ron Perlman), et de Jax (Charlie Hunnam) qui représente la nouvelle génération. Clay et Jax sont comme père et fils. En effet, Gemma (Katey Sagal) la mère de Jax, a perdu son premier mari dans des circonstances pas très nettes et est désormais la compagne de Clay. Selon elle, ce père de substitution doit former et contrôler Jax, le futur président du club. Autour de ces trois personnages centraux gravitent d’autres membres qui ne quittent jamais leur cut (veste en cuir) et qui sont également facilement reconnaissables à leurs cheveux sales et, dans l’intimité, à l’imposant tatouage aux couleurs de l’écusson des Sons of Anarchy qui leur barre le dos.

008-sons-of-anarchy-theredlist

Jax et Clay : tel père, tel fils, ou presque

Officiellement, ce sont juste des « mécanos » qui tiennent un garage dans le centre de Charming. Officieusement, ils font régner dans la ville leur vision très personnelle de l’ordre et de la morale. Les Sons ne reculent devant rien pour défendre une utopie très paradoxale : protéger leur famille, leur club, et leur communauté des invasions extérieures en tout genre (drogues, clubs de motos ennemis, agents du FBI trop curieux, version contemporaine du Ku Klux Klan), le tout grâce à des armes importées en masse d’Irlande du Nord, et revendues à prix fort à d’autres hors-la-loi qui ont interdiction de les utiliser à l’intérieur des frontières de Charming.

Charmante Charming

Ainsi, la ville est un microcosme, elle représente une vision radicale de la société américaine : celle qui promeut le droit des citoyens à porter des armes et le libre échange sans aucune régulation. Mais que font les forces de l’ordre ? Pas grand chose. Le chef de la police locale est corrompu jusqu’à la moelle et ferme les yeux sur les agissements douteux du club car, si le calme règne à Charming, cela ne rend son travail que plus facile…

SOA_ep401_20110523_PG_0169

On the road again

Cependant, la valeur suprême aux yeux des héros de la série est la loyauté à la « famille » motorisée. Pour les Sons of Anarchy, l’allégeance au club prime sur tout le reste, y compris les obligations et responsabilités associées à la « famille » au sens plus traditionnel du terme. Soit les femmes, les enfants, les old ladies (les petites amies officielles) acceptent de subir les effets secondaires des risques encourus par les membres du club, soit ils passent au second plan. Une vision très sombre que Jax, le vice président qui vient de voir son ex-compagne mettre au monde un grand prématuré dans le premier épisode de la série, a de plus en plus de mal à accepter. Attendri par la naissance de son fils et porté par les messages idéalistes transmis par son père disparu (l’un des membres originels de Sam Crow), notre héros va se retrouver confronté à de nombreux dilemmes.

Toutes les femmes de ta vie…
tumblr_m9b5nrD0H51rpat8ho1_500

Lyla, Gemma, Tara parce que ça rime

Pour le spectateur, même si les scènes d’une violence parfois insoutenable s’enchaînent, ce sont ces moments de doutes qui sont les plus marquants. Tous les Sons sont amenés à faire des choix déchirants, à se confronter à des questions de vie ou de mort. Et le plus souvent, même si elles évoluent en périphérie du club, ce sont les femmes de la série qui ont un lien direct avec ces nœuds de tension dramatique. C’est grâce à ces personnages nuancés que je suis devenue accro à Sam Crow, parce que Gemma, Tara et les autres sont le cœur émotionnel de Sons of Anarchy. Les ennemis du club le savent bien, si l’on veut toucher là où ça fait mal, il faut s’en prendre à elles…

Gemma (Katey Sagal) : La matriarche
Gemma-Clay-gemma-teller-morrow-21950904-2128-1416

Têtes d’enterrement

En tant que mère de Jax et épouse de Clay, Gemma est le pilier féminin du club. Même si elle ne porte pas la veste traditionnelle, elle a la peau dure comme du cuir (une image frappante dès le générique de la série) et au moins autant de tatouages que n’importe quel Son. Au début de la série, elle est présentée comme une peste qui terrorise les femmes qui s’approcheraient trop près de son mari (pas le plus fidèle des hommes) et de fils, car ce dernier doit faire face à ses responsabilités de nouveau papa et futur président. Et parce que la vie de Gemma s’organise depuis toujours autour du club, elle n’hésite pas à manipuler Jax pour être sûre qu’il reprenne bien le flambeau porté par Clay. Après tant d’années passées à côtoyer des hors-la-loi, forcément son compas moral est un peu déréglé. Mais sa loyauté au club est sans faille. Elle est la old lady par excellence, celle qui réussi à se faire craindre et apprécier de tous. Comme le reste des femmes de la série, elle n’est jamais conviée aux conciliabules où les décisions importantes du club sont prises, mais elle tire les ficelles en coulisses, tient les comptes, et réunit tout le monde autour d’un potluck quand les tensions se font trop vives. On découvre sa douceur et sa fragilité dans la saison 2, mais je ne vous en dit pas plus. Vous allez vite oublier que vous avez déjà vu l’actrice dans un rôle beaucoup moins subtil

Cherry (Taryn Manning) : la bizute
Sons of Anarchy 1x04 Patch Over

S’il vous plaît aimez-moi

L’actrice aperçue dans OITNB joue ici une jeune femme presque aussi folle, qui fait une apparition remarquée dans la saison 1 de Sons of Anarchy. Gravitant dans l’orbite des motards, elle rêve de s’élever au rang de old lady officielle. Après avoir provoqué la fureur de Gemma pour s’être approchée trop près de Clay, elle s’entiche du Prospect (le motard bizut qui doit faire ses preuves avant d’être intronisé). Ce couple déglingué, mais mignon, va finalement se faire accepter par le club, et renforcer les liens entre ses membres. Même en amour, c’est l’esprit de corps qui prime.

Tara (Maggie Siff) : la revenante
Episode-1x13-The-Revelator-sons-of-anarchy-2933951-1600-1284

Besoin d’un docteur ?

Mais que fait cette brillante pédiatre avec un homme qui manie les armes aussi bien qu’elle manie le bistouri ? Passé ce moment de perplexité, on s’attache vite à cette femme capable de sauver des vies, mais impuissante face à un homme qui la harcèle (et provoque son retour précipité à Charming). Elle y retrouve Jax, son amour de jeunesse, et les liens se renouent à force de visites fréquentes à l’hôpital où elle soigne son fils prématuré. Je me suis beaucoup amusée à observer cette « première de la classe » se faire une place parmi les autres old ladies du groupe, et gagner peu à peu la confiance de Gemma. La matriarche va finalement la prendre sous son aile, façon Sons of Anarchy, et lui apprendre à manier les armes à bon escient : par exemple pour détruire la voiture d’une fille qui colle aux bottes de Jax et marquer ainsi son territoire ! Et contrairement à d’autres, du fait de sa discrétion et de ses compétences médicales Tara se retrouve impliquée directement dans plusieurs règlements de comptes avec des ennemis du club. Et oui, c’est pratique d’avoir un docteur sous la main quand il y des blessés graves…

Donna (Sprague Grayden) : la madone
tumblr_m5wbjwrLMq1rpat8ho1_500

Soit tu quittes le club, soit je te quitte

Elle a eu le tort de vouloir claquer la porte, fatiguée de voir son mari et le père de ses jeunes enfants, Opie (Ryan Hurst), faire des allers-retours en prison. Or dans le monde des Sons of Anarchy, soit on est in, soit on est out, mais il n’y a pas de place pour le doute. Donna reste déchirée, mais ce n’est pas une « traîtresse ». Ses problèmes conjugaux ne l’empêchent pas de protéger son mari lorsque la police fédérale vient se mêler de leurs affaires. Malheureusement, Donna devient malgré elle une victime innocente de la morale en noir et blanc de Clay. Une sale affaire dont les répercussions se font ressentir pendant longtemps et qui la transforment, a posteriori, en madone intouchable.

June (Ally Walker) : l’outsider
June_Stahl

Vous allez me payer ça

Évidemment, la seule femme de la série qui n’appartient pas au club est présentée comme un repoussoir. June est un agent du Bureau of Alcohol, Tobacco, Firearms and Explosives, spécialement dépêché à Charming pour déstabiliser les Sons of Anarchy. Détestée des motards, qu’elle essaye de monter les uns contre les autres (d’en faire des rats), elle sera tabassée et menacée, mais sa carapace reste intacte. Finalement, elle a plus de points communs avec les hommes qu’avec les autres femmes de la série : il est très rare que ses émotions viennent interférer avec sa mission, et elle n’hésite pas à contourner la loi pour arriver à ses fins.

Le personnage de June est assez détestable mais je suis curieuse de voir comment les reste de la série va intégrer le message qu’elle semble vouloir marteler aux Sons of Anarchy : les femmes aussi peuvent prendre le volant…

Lecture recommandée :

Sons of Anarchy: Badass or just bad?

8 réponses à “Coup de projo sur Sons of Anarchy

  1. Très bon article ! J’ai été très surpris de cette série quand je l’ai commencé car je ne me suis quasiment jamais ennuyé devant un épisode. C’est très prenant. Les sentiments des personnages, ont s’y attache évidemment. Il y a des rebondissements à gogo et honnêtement tout ça est vraiment exceptionnel.

    • Merci ! J’ai hâte de découvrir la saison 3 et la suite. En espérant que le mélange réussi entre rythme intense et moments d’émotions se maintienne.

  2. Lire cet article me rappelle des souvenirs qui sont bien loin, quand on a vu les 6 saisons. Même s’il reste une 7ème (et dernière) saison, cette série fait clairement partie de ce séries maîtrisées de bout en bout, qu’il s’agisse du scénario, de la justesse des acteurs ou de l’intensité de chacun des épisodes. C’est une tuerie et ça devient meilleur à chaque saison !
    Pour moi SoA se classe aisément aux côtés des grandes séries comme The Wire, The Shield ou encore plus récemment Breaking Bad.

    • Tout à fait d’accord pour dire qu’elle se classe au niveau des plus grandes (pour ce que j’en ai vu jusque là) !

  3. Pingback: Top des audiences 2016 | Séries Chéries·

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.