La ritournelle du mardi : les génériques de séries

Souvenez-vous, il y a peu de temps on vous apprenait plein de choses sur les titres des séries : Est-ce qu’ils ont encore lieu d’être ? Quelle est leur signification cachée ? Aujourd’hui, j’ai choisi de survoler un sujet proche mais beaucoup plus sensible, les génériques de séries.

sex-and-the-city-opening-credits

Il suffit de voir les réactions de plusieurs de nos abonnés Twitter lorsque nous avons posté cet article « controversé » du blog culturel Vulture intitulé: « When Bad Credits Happen to Good TV Shows« . L’article se penche sur cinq séries dont les génériques ne refléteraient pas la qualité globale. L’auteur reproche par exemple à la chanson « You’ve Got Time » de Regina Spektor qui sert d’introduction à chaque épisode d’Orange Is the New Black, d’être tout simplement insupportable, ou au petit film qui ouvre Masters of Sex de ne pas s’accorder au contenu de la série, beaucoup plus sombre et raffiné que cette image enfantine ne laisse présager.

masters

En réponse à l’article de Vulture, le site Refinery 29 a décidé de prendre le problème à l’envers et de compiler sa propre liste des 20 meilleurs génériques de ces 20 dernières années, y compris ceux qui surpassent la série. Mes deux favoris ? Friends, bien sûr et Angela, 15 ans. Deux séries des années 1990 qui, selon moi, sont parfaites du début… jusqu’à la fin.

credits2

Et des compilations de génériques de séries, il y en a ! Vous en trouverez ici et encore , sans oublier les parodies de génériques ! Alors pourquoi cet engouement ? Parce que chaque spectateur entretient un rapport très particulier avec ces quelques secondes avant le début d’un nouvel épisode. Même si on le connaît par cœur, on savoure le générique comme un moment d’anticipation délicieux. A l’époque où le binge watching n’était pas encore entré dans le dictionnaire, c’était un moment pour aller aux toilettes pour se remémorer le dilemme amoureux dans lequel on avait abandonné nos héros, ou le cliffhanger de la semaine précédente.

Au rythme du générique, on prend sa respiration avant un nouveau saut vers l’inconnu, avant des effusions de sang, ou une mort certaine (et là je parle de Six Feet Under bien sûr). Cette ritournelle magique nous ravit, nous titille ou, lorsque la série est terminée, nous fait instantanément voyager dans un passé plus ou moins proche. Après avoir consulté toutes ces listes, j’ai choisi de vous présenter ma sélection à moi. Trois introductions qui n’ont pas reçu les honneurs de la généricophilie, mais qui me donnent encore des frissons. Hartley, coeurs à vif, Dawson (avec son générique original) et Felicity sont trois séries teen qui ont marqué mon adolescence. De cette parfaite adéquation entre les émotions d’un côté et de l’autre de l’écran, je garde des souvenirs que je peux réactiver d’un clic.

Et vous, quels sont les génériques que vous fredonnez encore ? Laissez-nous vos suggestions dans les commentaires !

11 réponses à “La ritournelle du mardi : les génériques de séries

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.