Histoire d’une chaîne : Arte

Teaser-ARTE
Historique de la chaîne

La création d’Arte vient d’une idée longtemps en gestation : la volonté dans les années 80, au moment où les contours de la télévision telle qu’on la connait se dessinent, de créer une chaîne culturelle et européenne. Mais cette naissance va se faire après un long cheminement, et un peu dans la douleur. Fin 70’s – début 80’s, il n’existe que trois chaînes en France, qui sont toutes les trois publiques. Les autorités politiques de l’époque veulent une quatrième chaîne, et souhaitent une télévision culturelle et exigeante. Mais les mentalités ne sont pas encore mûres et c’est Canal + qui bénéficiera de ce nouveau canal. Dans la foulée, deux autres projets sont lancés : la Cinq, chaîne privée menée par Berlusconi (qui sera un échec) et la Six, destinée à un public plus jeune. Le projet d’une chaîne ambitieuse semble enterré, mais un sévère constat de la dégradation du service public s’opère à l’époque et l’on souhaite que des programmes édifiants, outils éducatifs pour le public, voient le jour. C’est dans ce contexte que naîtra la Sept, « Société d’Édition de Programmes de Télévision ». Signe de la volonté de s’ouvrir à l’Europe, ce sigle devait, un jour, se transformer en « Société Européenne de Programmes de Télévision ». Mais cette nouvelle « chaîne » ne dispose pas d’un canal de diffusion propre et doit au début se contenter d’éditer des programmes de haute qualité, tournés vers l’Europe.

lasept

Parallèlement, à la fin des années 1980, François Mitterrand et Helmut Kohl, dans un processus de rapprochement de leurs deux pays, déclarent vouloir créer une chaîne de télévision commune dont le siège serait Strasbourg. Après la signature de différents accords, les différents statuts d’Arte sont signés en 1991 et instaurent un fonctionnement en trois pôles. Le pôle central aura son siège à Strasbourg ; deux pôles d’édition de programmes sont instaurés, l’un en Allemagne à Baden-Baden et l’autre à Paris. Ce pôle d’édition ne sera autre que la Sept, rebaptisée Arte France en 2000, reprise et intégrée à la nouvelle chaîne. Dès 1992, Arte peut être diffusée dans la quasi totalité des foyers des deux pays. La chaîne émet à ses débuts à partir de 19h en raison de limites techniques sur le réseau hertzien français, mais existe déjà en continu en Allemagne où elle est présente sur le câble, faisant le choix comme Canal+ de la multi-diffusion des programmes. Déjà très tournée vers le numérique, ARTE va profiter pleinement du tournant dans les télécommunications pour trouver sa place et devenir une chaîne de journée.

Quid des langues ? A la base, la chaîne devait émettre en allemand et en français dans les deux pays. Mais, comme le rapporte Jérôme Clément, ancien président d’Arte, Jack Lang et le Ministère de la Culture, très frileux, ont décidé de créer le système du “décrochage” : « un programme pour la France, un programme pour l’Allemagne, issus des mêmes images, mais bien étanches pour que surtout l’on ne voie pas chez l’un qu’il s’agissait de la même chose que chez l’autre. » C’est ainsi que naquit ARTE telle qu’on la connaît.

Ligne éditoriale

ArteStrasbourg

Dès la création de la Sept, on peut déceler une certaine orientation qui va rester pour Arte. L’idée a d’abord été de développer de nouvelles formes de captation des spectacles, de créer des magazines culturels européens, de soutenir le jeune cinéma indépendant et de développer ce qu’on appelle le documentaire de création. L’idée qui préside est avant tout celle de la contre-programmation. Inutile de jouer la concurrence avec les autres chaînes hertziennes, il faut prendre leur contre-pied. Dès le début, on voit aussi se développer la tendance des programmations thématiques, connues aujourd’hui sous le nom « THEMA ». Aujourd’hui la chaîne s’est faite une réputation sur le créneau des programmes pointus. Jusqu’à une certaine époque, cette exigence a été souvent considérée comme rébarbative et bien trop sérieuse. Mais ARTE a réussi à conquérir un public plus jeune en misant sur la contre-culture : des émissions comme Tracks, les thématiques de l’été, son implication dans les nouveaux médias et notamment sur le web, pour ne citer que quelques exemples, sont autant d’essais fructueux pour dynamiser son image. Et son positionnement éditorial concernant les séries n’est pas non plus étranger à cela.

breaking-bad-season-2

On peut considérer que c’est depuis 2010 et la diffusion de Breaking Bad qu’Arte s’est saisie à bras le corps de ce secteur. Depuis, la chaîne a misé principalement sur la diffusion en prime time de séries dites « du monde » (en gros tout sauf la France et les US) et plus encore de séries européennes. Et cela réussit à la chaîne qui voit ses parts d’audiences augmenter. Entre 2011 et 2012, les parts d’audiences annuelles de la chaîne sont passées de 1,5 à 1,8%. Forte de ce succès, la chaîne a décidé de se lancer dans la production de ses propres séries, qui se sont multipliées ces deux dernières années. Ces programmes répondent toujours à des exigences très fortes de qualité et d’originalité, critères qui ont permis à Bruno Dumont de faire son P’tit Quinquin. Loin de s’arrêter là et fidèle à son premier amour, l’Europe, ARTE se lance aujourd’hui un nouveau défi en co-produisant des séries européennes en langue étrangère. Le premier exemple, c’est Occupied, série norvégienne qu’on pourra bientôt voir sur la chaîne et dont on a pu avoir un avant-goût à Séries Mania. Grâce à ses choix éditoriaux audacieux, nul doute qu’ARTE est bien la chaîne qui nous allume.

Séries cultes

Vénus et Apollon – Xanadu – Les invincibles – Ainsi soient-ils3X Manon – Odysseus – P’tit QuinquinParisVirage NordOccupied

Ils ont fait découvrir en France

Breaking BadThe Slap – The HourBorgenHatufimThe KillingState of PlayReal HumansPeaky BlindersWallander – Top of the lake

Sources et lectures complémentaires

Aux origines d’ARTE… était la Sept, Télérama
Notre histoire, ARTE 
L’enfance d’Arte racontée par l’ex-président Clément, Télérama
Arte carbure grâce aux séries, Les Inrocks

2 réponses à “Histoire d’une chaîne : Arte

  1. Mille merci à Arte pour la diffusion de programme de qualité, qi ont bien évolué par rapport au passé. Auparavant, les programmes étaient ennuyant, là les contenus sont plus riches. Mon coup de coeur, la série Borgen ♥

  2. Pingback: Séries Mania 2017 : notre sélection | Séries Chéries·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s